Travail et temps sociaux

Organisation et contraintes du temps de travail

Le ministère de l’action et des comptes publics a publié dans son “point stat” un article sur le temps de travail présentant une typologie en 6 catégories. Ainsi les auteurs Eva Baradji et Sandra Zilloniz mettent l’accent sur les rythmes du travail que ce soit dans le privé ou la fonction publique.

En synthèse : En 2016, un peu moins de la moitié des salariés du secteur privé et des agents du secteur public ont des semaines de travail dites « standard ». Ce type de semaine est travaillé du lundi au vendredi selon des journées essentiellement « standard » (entre 7h et 20h) et rarement le week-end. Il concerne en grande partie les professions intermédiaires et les cadres et professions intellectuelles supérieures. Au  sein de la fonction publique, ce type de semaine est plus courant parmi les fonctionnaires que parmi les contractuels.

La « semaine longue » (16 % de l’ensemble des salariés), caractérisée par le fait d’avoir de longues journées et/ou de longues semaines et de travailler occasionnellement selon des horaires de travail décalés par rapport aux horaires standard (soir, matin, nuit, week-end), concerne davantage les cadres et professions intellectuelles supérieures (de la fonction publique et d’entreprise) et les enseignants.

La « semaine décalée » (10 % des salariés), travaillée le samedi et souvent le dimanche, concerne davantage les salariés du commerce et les enseignants, en particulier de l’enseignement secondaire.

Les « horaires décalés » (9 % des salariés), habituellement décalés tôt le matin, le soir, la nuit, le samedi et le dimanche, résultent du mode d’organisation particulier qu’est l’alternance des horaires de travail (2×8, 3×8), observé le plus souvent chez les ouvriers de l’industrie et dans la fonction publique, dans les métiers de la sécurité-défense, les professions de soins (aides-soignants et infirmiers) et les services à la personne.

Enfin, les salariés à temps partiel (19 % des salariés), majoritairement des femmes, se répartissent selon que le temps partiel est « choisi » ou « subi ». À l’inverse du temps partiel subi, le temps partiel choisi est plus fréquent dans la fonction publique que dans le secteur privé.

Lire le rapport complet 

Télécharger (PDF)

A propos de l'auteur

Lucie Verchère

Lucie Verchère

Psychologue de formation, Lucie Verchère s'est spécialisée dans les « temps des villes » dès 1998 avec un axe majeur de travail sur les questions de « temps et mobilité ».
Depuis 2003, elle est chargée de mission « temps et services innovants » à la Métropole de Lyon.