Mobilité Veille

Pour changer les pratiques, le rôle clé de la temporalité et de la spatialité

FORUM DE LA VIE MOBILE

La sortie d’un monde dont les déplacements dépendent exclusivement du pétrole est indispensable. Que faire ? Faut-il continuer à élaborer des mesures dissuasives ou incitatives visant les conducteurs ? Poursuivre la réalisation d’infrastructures durables ? Face à l’échec relatif de ces démarches, la théorie des pratiques sociales suggère une autre voie. C’est en valorisant les modes de transport les moins carbonés et en agissant sur la spatialité et la temporalité de nos pratiques quotidiennes (résidence, travail, école, loisir, consommation) que nous pourrons adopter une mobilité durable : désynchronisation des temps sociaux, regroupement géographique de nos activités. Cette analyse souligne, une fois encore, le rôle déterminant que les modes de vies ont à jouer dans la transition mobilitaire.

Pour changer les pratiques, le rôle clé de la temporalité et de la spatialité
Vidéoconférence de James Faulconbridge

Partout dans le monde, les pouvoirs publics cherchent des moyens d’encourager les gens à marcher, faire du vélo ou emprunter les transports collectifs plutôt que de conduire. James Faulconbridge, de l’Université de Lancaster, nous parle d‘une recherche récente qui met en avant l’importance du facteur espace-temps pour accompagner cette transition.

Voir la vidéo conférence (11 min)

Changer de comportement pour un avenir moins carbonné
Interview de Matt Watson et Frédéric De Coninck

Le géographe britannique Matt Watson et le sociologue français Frédéric De Coninck débattent du rôle des habitudes dans la réduction de notre empreinte carbone. Une meilleure prise en compte des contraintes quotidiennes des individus serait-elle la clé pour proposer des solutions efficaces et accélérer la transition vers des mobilités moins carbonées ?

Consulter l’interview

A propos de l'auteur

Chrystelle Amblard

Chrystelle Amblard

De formation ingénieur, Chrystelle Amblard travaille pendant 7 ans dans l'industrie avant de se reconvertir en 2001 dans les politiques temporelles. Elle intègre le bureau des temps de la Ville de Paris, lors de sa création en 2002, où elle exerce 4 ans en tant que chef de projet. En 2006, elle prend la responsabilité de la mission « temps et territoire » de Montpellier Méditerranée Métropole lors de sa création.

Laissez un commentaire