Les Temporelles Services de proximité

Temporelles 2015 : la ville servicielle

Les 15 et 16 octobre 2015
à la Métropole de Lyon

Pourquoi parler de la ville servicielle ?

..et passer 2 journées à parler d’un concept qui peut sembler à d’aucun très désincarné ? En fait, il ne l’est pas du tout et trouve son application dans notre vie quotidienne, chaque fois que nous parlons de services de covoiturage, de partage de véhicules, d’e-administration, de locations de vacances entre particuliers, d’usages de tiers lieux, de conciergeries. … La  ville servicielle s’entend aussi chaque fois que nous abordons la conception de la ville ou du territoire en s’appuyant sur la participation citoyenne, ou sur des partenariats complexes qui privilégient le service plutôt que l’infrastructure.

Ainsi, le concept de ville servicielle s’appuie sur des constats d’évolutions sociétales, mais aussi de modes de gouvernance. Nous devons faire face à de  nouveaux modes de vies, à des temporalités plus complexes, et donc à de nouvelles attentes des habitants sur les services. En parallèle, nous vivons une baisse des financements publics et l’on voit émerger de nouveaux modes de faire l’action publique, avec de plus en plus de partenariats privés/publics, plus complexes à gérer. On parle également de ville intelligente, de ville résiliente, de ville frugale.

Dans ce contexte, poser les questions « Des services ? pour tous ? par tous ? tout le temps ? » semble incontournable. Quelles lignes de tensions voit-on émerger ? Comment le serviciel participe t-il à l’aménagement du territoire en étant une porte d’entrée autre que la seule entrée numérique très souvent plébiscitée ? Comment faire en sorte que cette ville servicielle réponde aux attentes du plus grand nombre ? Sans donner une réponse purement numérique et technique, en laissant l’humain au cœur des démarches ? En limitant les inégalités et sans en créer de nouvelles ? Quels impacts temporels voit-on émerger ?

Enfin,  quelles nouvelles façons de faire la ville ou les territoires voit-on émerger? En passant d’un modèle de cloisonnement et de rigidité urbaine vers une ville plus fluide et agile, accessible et ouverte pour le bien être et la qualité de vie du citoyen et de l’habitant.

Temps fort de la vie du réseau, les “Temporelles” sont le rendez-vous organisé chaque année à l’automne dans l’une des villes adhérentes. Il s’agit d’une véritable opportunité pour rencontrer les acteurs des démarches temporelles et avoir au fil des années une vue d’ensemble sur les différents domaines abordés sous l’angle du temps. Les thématiques de la ville servicielle seront abordées lors de ces 2 journées qui mêleront approches théoriques, universitaires et atelier créatif, tables rondes et conférences ainsi qu’un intermède artistique qui vous sera proposé avec un parti-pris volontairement créatif.

Consulter les actes des temporelles 2015

Télécharger (PDF)

Retrouvez aussi les diaporama de présentation des intervenants ci-dessous. Dans toute utilisation partielle ou totale du contenu de ces documents, l’intervenant correspondant doit être cité.

Conférence introductive 

La ville servicielle : des métamorphoses à vivre – Benoît Meyronin

Table ronde 1 : la ville servicielle est à l’écoute des citoyens.

Démarche Temps et Territoires – Parc naturel régional du Pilat – Michèle Pérez et Thomas Toularastel

Le décalage des horaires de travail pour en finir avec l’heure de pointe – Emmanuel Munch

La réforme des rythmes scolaires du primaire et ses impacts sur les services 4 jours > 4,5 jours – Chrystelle Amblard

Table ronde 2 : La ville servicielle est collaborative et co-productive

Economie collaborative : quand les citadins font la ville servicielle de pair-à-pair – Emile Hooge

Design de service et Retour sur le laboratoire temporaire d’innovation : GaRemix – Lucie Verchère et Caroline Richemont

Table ronde 3 : La ville servicielle met en oeuvre de nouveaux partenariats

La ville servicielle : une ville coproduite – Isabelle Baraud Serfaty

Ouvrir plus, ouvrir mieux les bibliothèques – Chrystelle Amblard

Une gouvernance partenariale qui mène à un service public de qualité, l’exemple des PIMMS – Mélanie Viénot

A propos de l'auteur

Chrystelle Amblard

Chrystelle Amblard

De formation ingénieur, Chrystelle Amblard travaille pendant 7 ans dans l'industrie avant de se reconvertir en 2001 dans les politiques temporelles. Elle intègre le bureau des temps de la Ville de Paris, lors de sa création en 2002, où elle exerce 4 ans en tant que chef de projet. En 2006, elle prend la responsabilité de la mission « temps et territoire » de Montpellier Méditerranée Métropole lors de sa création.