Aménagement Urbanisme Les Mardi Tempo Services de proximité télétravail

le télétravail : un enjeu important pour les territoires, les entreprises, les salariés

Découvrez les propos tenus lors du séminaire

Katja Kruger, Présidente de Tempo Territorial : le sujet du travail à distance et de son impact sur les territoires est de plus en plus d’actualité. L’ordonnance n°3 de la loi travail a tout d’abord facilité le télétravail en entreprise. Très récemment, le ministère de la cohésion des territoires vient de confier une mission à la fondation “travailler autrement” qui vise à établir un diagnostic partagé sur la dynamique des espaces de coworking et autres lieux de travail partagé. Le réseau Tempo Territorial s’intéresse à la question du travail à distance, dont les enjeux croisent l’aménagement du territoire, les nouveaux lieux et temps du travail, et la réduction de la mobilité. Il y a ainsi un enjeu fort et triple pour les collectivités et territoires, les salariés et les entreprises.

la 27e Region, qui accueille le séminaire est une association et un laboratoire de la transformation publique conduisant des programmes de recherche-action. Par ses actions innovantes, elle veut reconnecter les décideurs avec les citoyens et partir des pratiques réelles et des usages pour concevoir les politiques publiques. Elle s’appuie pour cela sur des équipes pluridisciplinaires et des méthodes innovantes, telles que les Territoires en résidence. Cette méthode s’inspire des résidences d’artistes : l’équipe s’installe pendant trois fois une semaine dans le lieu étudié pour le connaître et en comprendre les usages, puis mène des ateliers avec les acteurs concernés pour créer de nouveaux services.

Xavier de Mazenod, propulseur de transformation numérique, animateur ZEVILLAGE Évolutions sociétales, nouvelles façons de concevoir le travail et enjeux de mobilité

Télécharger (PDF)

Télécharger (PDF)

 

 Le télétravail : des enjeux pour les collectivités, avec les témoignages de :

  • Lucie Verchere, Métropole de Lyon, mission “temps & services innovants”Le projet Reduc’mob : une stratégie d’accompagnement des entreprises du territoire par la métropole de Lyon afin de réduire les déplacements “domicile-travail”

Le Grand Lyon a abordé la question du travail nomade dès 2009. En 2010, deux axes de travail ont été identifiés. L’un concerne le coworking, avec la mise en place du réseau Coworking Grand Lyon et les Assises du coworking en 2017. L’autre aborde le télétravail, avec le projet Réduc’Mob qui vise à favoriser le déploiement du télétravail en secteur tertiaire et industriel.

Le choix a été fait d’aborder la question du télétravail auprès des entreprises sous l’angle des déplacements, ce qui croise un enjeu fort de la collectivité. Réduc’Mob est un projet de recherche sur 24 mois, mené avec 40 entreprises de Part-Dieu et de la Vallée de la Chimie. Une enquête de potentiel a concerné 1800 de leurs salariés, afin de pouvoir évaluer le potentiel exact de télétravail. La métropole de Lyon a également piloté un séminaire au terme duquel ont été déterminés 6 enjeux majeurs du travail à distance. Une boîte à outils du télétravail est également en ligne sur le site Temps.

Télécharger (PDF)

  • Eric SCHULTZ, adjoint au maire de Strasbourg, en charge des politiques temporellesTélétravail et plan anti-pollution pour les agents-es, un enjeu de politique publique

La métropole de Strasbourg a lancé dès 2013 un projet expérimental portant sur le télétravail au sein de ses directions, piloté par la Mission des temps et services innovants et axé sur trois objectifs :

  • Une meilleure articulation des temps sociaux, temps de travail et temps privés afin d’atteindre une amélioration de la qualité de vie
  • Une plus grande efficacité
  • Des objectifs de développement durable

L’expérimentation s’est basée sur le volontariat des agents et des directions, une cinquantaine de volontaires y ont ainsi pris part en 2014 (première vague), puis 92 pour la deuxième vague (2016) pour finalement atteindre 300 agents à ce jour. Une attention particulière a été portée sur l’encadrement stricte du temps de travail, afin qu’il n’empiète pas sur les temps de vie et que le télétravail n’apporte donc pas de contraintes en plus. Le seuil est fixé à deux jours fixes par semaine maximum. Depuis 2017 il existe deux manières de passer au télétravail : par le droit commun, suite à un rendez-vous de formation de l’agent et des encadrants. Et de façon temporaire, suite à un avis médicale et à l’accord de la direction. Un nouveau cas de figure est désormais possible en cas de plan pollution : un mail est alors envoyé aux agents inscrits comme télétravailleurs pour leur demander de ne pas venir sur leur lieu de travail le lendemain. Le choix est laissé au télétravailleur, avec un avis de son supérieur.

Cette innovation s’inscrit dans une démarche de « métropole modèle » et permet également de garantir le fonctionnement du service public quel que soit le contexte, tout en minimisant les risques de déplacement pour les agents.  En janvier 2017, 51901 km ont ainsi été économisés par 32 télétravailleurs-ses.

Télécharger (PDF)

  • Véronique FRANCK-MANFREDO, Mission des temps, Ville de ParisLe télétravail : un challenge managérial inscrit dans le plan de déplacement de l’administration

Le télétravail est pratiqué à la ville de Paris depuis 2016, où il a été évalué qu’environ 10 000 agents pourraient télétravailler. Le projet a été initié en 2015 sur l’impulsion de la maire et des agents, et dans le cadre du second plan de déplacement de l’administration parisienne. L’expérimentation visait à roder l’organisation et les outils et déterminer le niveau d’adhésion des agents et encadrants. Elle a été lancée auprès de 150 agents et encadrants volontaires, ces derniers étant souvent plus rétifs à l’idée que leurs agents pratiquent le travail à distance. Il a fallu se tourner vers des techniques de management plus innovantes et un avancement en mode projet. De nombreux outils et pratiques ont été mis en place pour permettre le changement. À l’issu de l’expérimentation les retours ont été très favorables à la fois pour les agents et les encadrants, ce qui a permis de déployer la pratique à l’ensemble de l’institution. Plus de 800 agents télétravaillent aujourd’hui, le but fixé pour 2018 étant de 1300 agents. Cela demande un important travail d’accompagnement.

Le dispositif a été utilisé lors de l’épisode neigeux de cette année : la ville a contacté ses agents le matin pour les prévenir qu’ils pouvaient travailler de chez eux ou en mobilité. Cela a porté ses fruits puisque 400 agents ont télétravaillé ce jour-là, contre 140 par jour habituellement. Finalement, sur une année les 600 télétravailleurs ont fait l’économie de 48 000 heures de transport et le nombre de km non parcourus correspond à 2 allers-retours de la terre à la lune !

Télécharger (PDF)

Alain d’Iribarne, président du comité scientifique d’Actineo Télétravail et tiers-lieux : deux composantes des espaces de travail élargi – retour sur le baromètre Actineo

Il est important de ne pas se tromper de perspective, et bien resituer le télétravail dans le contexte plus large des évolutions de l’organisation du travail. L’observatoire Actineo apporte ainsi des informations chiffrées sur les usages actuels des bureaux, les aspirations des travailleurs et leurs préférences en matière de cadre et d’habitudes de travail.

Télécharger (PDF)

Travail à distance et mobilité, au cœur du renouveau des territoires , avec le témoignage de :

  • Cedric Szabo, Directeur de l’Association des Maires ruraux de FranceAttractivité et redynamisation des territoires ruraux

Dans un contexte d’évolutions rapides sur le sujet du travail à distance, l’expérience des maires ruraux en matière de changement de regard sur la ruralité peut être mise à profit. La frontière entre urbain et rural devient en effet de plus en plus poreuse à mesure que les individus multiplient les allers retours entre ces deux types de territoire. Ville et campagne sont donc fortement liées par des relations d’interdépendance dont l’aménagement du territoire doit tenir compte. À ce titre, le coworking et le télétravail sont des pratiques qui présentent un fort potentiel à la fois pour les territoires, les entreprises et les salariés. L’AMRF prend ainsi part à des expérimentations rurales visant à limiter les effets négatifs du télétravail et réduire les déplacements des travailleurs.

Télécharger (PDF)

  • Marc Laget, expert aménagement et développement numérique des territoires, CGET (commissariat général à l’égalité des territoires) : Le télétravail, vecteur de transformation du territoire national

Le CGET s’intéresse à la question du télétravail depuis les années 1990, ayant constaté les bénéfices qu’une telle pratique représente à la fois pour les acteurs et les territoires. Il met désormais à disposition des élus, techniciens, employeurs ou salariés une modélisation des gains du télétravail, qui met en évidence les intérêts qu’en retirent chacun de ces acteurs. Marc Laget présente ici le fonctionnement de cette modélisation et les principaux intérêts du télétravail qu’elle démontre.

Télécharger (PDF)

A propos de l'auteur

Lucie Verchère

Lucie Verchère

Psychologue de formation, Lucie Verchère s'est spécialisée dans les « temps des villes » dès 1998 avec un axe majeur de travail sur les questions de « temps et mobilité ».
Depuis 2003, elle est chargée de mission « temps et services innovants » à la Métropole de Lyon.